Selon l’Association des Médecins de Montagne, sur 8 millions de pratiquants de sport d’hiver en France, 150 000 blessés ont été pris en charge par les médecins de montagne, dont 1/3 ramenés par le service des pistes.

La majorité des blessures, et beaucoup plus exceptionnellement des décès, résultent de collisions entre skieurs.

Il peut également arriver que les blessures surviennent lors d’un transport (téléski, télésiège, téléphérique…) ou bien d’un aménagement, ou au contraire d’un défaut d’aménagement, de l’exploitant de la station de ski.


Vous êtes victime d’un accident de ski causé par un autre skieur

Si le skieur est identifié, il sera responsable des dommages causés à la victime et lui devra réparation.

En général, cette réparation sera garantie par l’assurance Responsabilité Civile de l’auteur de l’accident.

Si celui-ci ne bénéficie d’aucune assurance, la victime pourra se tourner vers un fonds de garantie, aux fins d’obtenir son indemnisation.

En cas d’accident, il convient donc de recueillir immédiatement l’identité de témoins potentiels qui pourront décrire la scène et, en particulier, la faute de l’un des skieurs.

Si le skieur fautif n’est pas identifié, notamment s’il prend la fuite, le Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires (FGAO) pourra assurer l’indemnisation du préjudice de la victime à condition, toutefois, que la matérialité des faits soit établie, ce qui passe également par des témoignages, ou un procès-verbal d’intervention.


Vous êtes victime d’un accident de ski sans fautif extérieur

Le ski est une activité « à risques » et il peut arriver que le skieur se blesse accidentellement seul, sans fautif responsable, ni défaut d’entretien ou de signalisation de la piste.

La victime ne pourra alors mettre en jeu aucune assurance d’une tierce personne, mais pourra être indemnisée par son propre contrat d’assurances, si elle a souscrit, par exemple, un contrat d’assurances de garantie des accidents de la vie.


Vous êtes victime d'un accident de ski lié au matériel de la station de ski

La station de ski doit assurer la sécurité de ses usagers.

En cas d’accident lié à un matériel appartenant à la station de ski ou, par exemple, un défaut de signalisation d’un risque (piste mal balisée, grande plaque de verglas, d’herbe, ou de cailloux, trous non signalés…), la station de ski peut engager sa responsabilité si le skieur démontre la faute de l’exploitant de la station de ski.

Le skieur, ou ses proches, devront penser à sauvegarder les preuves, par témoignages, photographique, constat d’huissier, PV d’intervention du danger non protégé ou non signalé, afin de voir l' action en responsabilité prospérer.


Vous vous blessez lors de l’utilisation de remontée mécanique

L’exploitant des remontées mécaniques est tenu d’une obligation de sécurité dans le cadre de ce qui est assimilé à une opération de transport.

Il peut donc être amené à indemniser le skieur blessé lors d’une défaillance de la remontée mécanique ou des conditions de sécurité non respectées.

La victime d’un accident de ski, ou ses proches, doit veiller à sauvegarder le maximum d’éléments de preuve en recueillant les identités des auteurs et témoins, en prenant des photographies des lieux, et en faisant consigner les éléments par les services de sécurité des pistes, ou les sauveteurs.


Votre avocat saura alors vous conseiller afin de mettre en œuvre le régime de responsabilité adéquat, et obtenir l’indemnisation complète de votre préjudice.